/
/
/
Le Référendum pour les Animaux

Le Référendum pour les Animaux

Depuis plusieurs semaines, un vent de progrès soufle sur la cause animale. Lancé par le journaliste Hugo Clément, le Fondateur de Free Xavier Niel et celui de Meetic, Marc Simoncini, le Référendum pour les Anmiaux a pour vocation de changer les lois françaises qui régissent la cause animamle. Porté par de nombreuses personnalités, le Référendum pour les Animaux suscite l'engouemet.

Décryptage

Pour faire avancer la cause animale en France, les fondateurs du projet ont décidé d'avoir recours au R.I.P : le Référendum d'Initiative Partagée. Il permet aux citoyens, s'ils sont suffisamment nombreux et soutenus par les parlemantaires, de soumettre une proposition de loi au référendum. Pour que les françaises et les français puissent voter pour ou contre cette loi, il faut d'abord obtenir le soutien de 185 parlementaires, députés ou sénateurs. Une fois le nombre de soutiens atteint, 4 700 000 signatures devront être réunies.

6 propositions pour les animaux

Interdiction de la chasse à courre

Aussi appelée "Vénerie", la chasse à courre consiste à traquer l'animal jusqu'à épuisement, à l'aide d'une meute de chiens et de cavaliers à cheval. Cette pratique aristocratique est encore extrêmement primitive : la traque pouvant durer plusieurs heures, la mise à mort de l'animal est volontairement longue et douloureuse. Une fois achevé à l'arme blanche, son corps est jeté aux chiens, sa tête conservée en trophée et ses pattes offertes aux invités. Outre la chasse à courre, cette proposition de loi vise également à interdire la "vénérie sous terre" - pratique consistant à déterrer puis tuer à l'aide de pinces, renards et blaireaux -, l'engluage, l'écrasement et l'étranglement d'oiseaux. Ces pratiques sont non-sélectives et menacent les éspèces protégées, menacées et en voie d'extinction.

Interdiction des élevages à fourrure

Ce type d'élevage concernent principalement les visons et les lapins. Elevés pour leur fourrure, ils sont abattus pour produire de la fourrure, déstinée à l'industrie du textile. De nombreuses marques ont déjà développé des matières isolantes très efficaces, notamment la fausse fourrure, et se sont engagées à ne plus utiliser de fourrure animale.

Interdiction de l'élevage en cage

En France, l'élevage en cage représente 58% des poules pondeuses, 99% des lapins et la majorité des dindes, oies et canards. Ce mode d'élevage est le plus douloureux pour les animaux. De leur naissance à leur mort, ils n'ont aucun contact physique avec autre chose que le plastique ou le fer. De grandes enseignes de distribution se sont déjà engagées à ne plus commercialiser d'oeufs issus de ce mode d'élevage.

Mettre fin aux spectacles avec des animaux sauvages

Bien que la biodiversité s'effondre, lions, éléphants, tigres, dauphins ou encore singes, sont toujours utilisés comme divertissement dans les cirques ou les delphinarium français. Forcés à réaliser des tours et vivant dans des endroits miniscules, ces espèces sauvages et menacés survivent dans des conditions déplorables.

Ne plus pratiquer l'expérimentation animale

En France, 2 millions d'animaux sont concernés par l'expérimentation animale. Le chiffre passe à 4 millions si l'on compte les animaux transgéniques, non-comptabilisés en France à l'inverse d'autres pays. La France est le leader européen de ce type de pratique. Depuis 2017, 3708 projets ont été soumis aux comités d'éthique et aucun n'a été refusés. Pire, 0€ ont été invisti dans la recherche de méthodes substitutives contre 65 millions de livres sur les 15 dernières années en Grande-Bretagne. Pour toutes ces raisons, cette proposition de lois vise à interdire l'expérimentation animale lorsqu'il existe des méthodes substitutives.

Sortir de l'élevage intensif

En France, la grande majorité de la viande consommée provient de ce type d'élevage. 95% des porcs sont élevés en bâtiments fermés, sur sol grillagé, sans aucun accès à l'extérieur. 85% des poulets de chair sont enfermés par milliers dans des hangars, sans aucun accès à l'extérieur et où leur espace de vie correspond à une feuille A4. Leurs conditions de vie sont donc catastrophiques. Outre la condition animale, l'mpact envirronementale de ce type d'élevage est énorme. Face à la situtation, la proposition de loi inclut un moratoire immédiat sur l'élevage intensif, visant à interdire tout nouveau projet d'exploitation de ce type.

Pour soutenir le Référendum pour les Animaux, rendez-vous ici.

Dr Vet

Retrouvez nos services