vétérinaire en appel vidéoNOUVEAU : Interrogez un vétérinaire en appel vidéo
/
/
Le chien de garde

Le chien de garde

Histoire et origine du chien de garde

La coutume d’enterrer le chien avec l’homme étant aussi ancienne que les traces de son existence, elle est considérée comme une sacralisation de son rôle protecteur, que l’animal perpétue dans l’Au-delà. Jusqu’à l’âge du Bronze, sur tous les continents on retrouve des chiens enterrés dans des fosses en dessous des habitations ou à l’Ouest, qui représente le passage vers l’autre monde, dont il garde l’accès dans de nombreuses mythologies.

Chèvres et moutons, puis porcs et bœufs, sont domestiqués à partir de 8 500 av.J-C, ce sont alors les troupeaux que le chien va garder. Non seulement il doit protéger le troupeau, c’est-à-dire apparaître le plus dissuasif possible tout en étant capable de combattre le prédateur si nécessaire, mais il doit aussi contrôler et guider le troupeau, ce qui fait appel à ses moteurs innés de chasse (l’issue de l’instinct de prédation de l’animal devant être inhibée cependant).

Caractéristiques et races emblématiques

D’abord, la fonction de protection prédomine et le morphotype molossoïde se développe : tête large, crâne arrondi, museau court, développement disproportionné de l’ossature par rapport à la taille, aboiements puissants et graves. Ensuite, le chien de garde de troupeaux devient véritablement guide de troupeau et le morphotype lupoïde se répand, avec une tête étroite, un museau allongé et une allure sportive (corps longiligne, muscles fins).

Dans les zones montagneuses, la robustesse du chien de garde perdure en raison des contraintes géomorphologiques et de la pression plus importante de gros prédateurs (loups, ours). L’emblème de ces chiens est le chien de Montagne des Pyrénées, souvent connu sous le nom de patou.

Historiquement, au contact des champs cultivés, des chiens spécialisés dits chiens de rive protégeaient les cultures du troupeau. Ils dirigeaient également les troupeaux vers les abattoirs. Les guides des troupeaux sont les ancêtres du chien de Brie à poil long. Les protecteurs et toucheurs sont quant à eux ceux du toucheur de Brie à poil court noir et feu qui deviendra le berger de Beauce.

Quelle est sa place aujourd'hui ?

Aujourd’hui, on retrouve des chiens de garde dans les fermes, auprès des bergers, mais aussi chez les particuliers. Leur utilisation a pu rester très proche de l’utilisation historique ou bien s’en être grandement éloignée, la part d’héritage étant plus ou moins importante. En effet, les progrès en éducation canine et l’assouplissement des critères de fonctionnalité physique font qu’il n’y a plus réellement de morphotype spécifiquement dédié à la garde (de maison en particulier), d’autant plus que la composante esthétique tient actuellement une place prépondérante.

En zone de montagne, on retrouvera aisément le patou, mais pas seulement chez les éleveurs, ce qui met en lumière une composante également culturelle dans le choix du chien de garde. Dans les zones rurales planes, on verra très souvent des bergers allemands, des bergers de Beauce ou des bouviers bernois. En zone urbaine, les rottweilers, les dobermann, les boxers et les bullmastiffs sont souvent représentés. Les chiens de type molossoïde sont désormais fréquemment choisis pour leur physique relativement dissuasif plutôt que pour leurs capacités de gardiennage et de résistance face à aux “prédateurs” potentiels.

Dr Vet

Analyser les symptômes de votre animal

Je commence