/
/
/
L'alimentation des équidés

L'alimentation des équidés

Les chevaux, poneys et ânes sont des herbivores monogastriques (qu'une seule poche gastrique). En effet, ils consomment des végétaux pendant environ 15 heures par jour lorsqu’ils sont au pré.

Quels aliments choisir ?

Le fourrage est l’aliment de base dans la ration d’un équidé. Sa proportion varie entre 30% pour un cheval sportif, et 100% pour un cheval non sportif. En effet, les chevaux sportifs ont un faible besoin en fourrage mais un fort besoin énergétique. Au contraire, les chevaux non sportifs ont un faible besoin énergétique, et il faut alors compenser le volume nécessaire à la satiété par un fourrage très peu énergétique. Le foin, l’ensilage d’herbe, l’ensilage de maïs et l’enrubannage sont des fourrages. Leur qualité est assurée par une bonne conservation et une récolte suffisamment précoce pour avoir un fourrage jeune. Aux fourrages peuvent être ajoutés des aliments concentrés, riches en énergie, tels que les céréales (avoine, maïs, orge…), graines (féveroles, lupin blanc…) et tourteaux (lin…), ainsi que des minéraux sous forme de bloc à lécher voire un mash pour assurer une bonne hygiène digestive. Il existe aussi des aliments complets vendus dans le commerce. Attention à bien choisir celui adapté à votre équidé, tout en veillant à ne pas le confondre avec un aliment complémentaire. Certains fruits et légumes peuvent être utilisés en guise de friandises telles que les pommes et les carottes.

Comment calculer une ration ?

Après avoir choisi les aliments, il faut déterminer leurs proportions qui varient suivant le poids de l’équidé, son stade physiologique (gestant, allaitant…) et son activité physique quotidienne. Pour cela, on peut utiliser les tables de l’INRA donnant l’apport nutritionnel de chaque aliment. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire pour ajuster au mieux la ration de votre équidé.

Comment distribuer les aliments ?

Pour les équidés au pré, la rotation des pâtures doit être assurée afin qu’ils aient toujours de l’herbe, notamment en alternant avec des bovins pour ne pas appauvrir la pâture. Pour les autres, il faut fractionner la ration quotidienne en 3 repas minimum, distribués à horaires réguliers et avec des dispositifs favorisant une prise alimentaire lente comme un filet par exemple. En effet, les équidés ont un petit estomac par rapport à leur taille, et ils ne peuvent pas vomir. Le fractionnement des repas leur permettra de plus de lutter contre l’ennui. Afin de prévenir des pathologies respiratoires auxquelles les équidés sont très sensibles, on peut humidifier légèrement le fourrage pour limiter la poussière. Veillez à laisser à disposition de l’eau propre en permanence. À titre d’exemple, un cheval de 500 kg pour une température ambiante de 20°C boit quotidiennement 30L d’eau lorsqu’il est inactif.

Quel est le coût de l’alimentation d’un équidé ?

Le budget consacré à l’alimentation représente en moyenne 6% du budget total d’un équidé après achat, et il est variable suivant l’hébergement de votre équidé. Pour un cheval au pré, il dépend de la richesse des pâtures fonction de la localisation et des conditions météorologiques. Pour un cheval en écurie, le coût de l’alimentation est souvent inclus dans la pension dont le prix dépend du lieu de l’écurie et des prestations incluses.

Dr Vet

Retrouvez nos services